Togo-Lutte contre la Corruption : La HAPLUCIA appelle à une implication du secteur privé

©Nouvelle Afrique (Lomé, le 17 janvier 2019)-Le président de la Haute Autorité de prévention et de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA), Essohana Wiyao, invite  les acteurs du secteur privé à s’impliquer davantage dans la lutte contre la corruption sous toutes ses formes.

Dans le cadre de la campagne nationale de sensibilisation pour la lutte contre la corruption et infractions assimilées, placée sous le thème « participation citoyenne à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées » , la HAPLUCIA vient d’organiser un atelier avec les acteurs du secteur privé au Togo.  Objectif affiché : Conscientiser les acteurs du secteur privé sur le fléau de la corruption et ses corollaires sur  l’économie nationale.

« Le secteur privé est un partenaire traditionnel  de l’administration  publique ; il est admis généralement  que lorsque le corrompu est dans l’administration publique, le corrupteur est dans le privé  donc c’est les deux protagonistes   de la corruption. Si on sensibilise l’homme du secteur public il faut aussi sensibiliser l’homme du secteur  privé … C’est la première raison…», a expliqué Essohana Wiyao.

Et  d’ajouter  que : « La seconde raison est que  la lutte contre la corruption est  en réalité une  lutte pour la protection de toute l’économie nationale y compris le secteur public et le secteur privé. Le secteur privé souffre aussi des actes de corruptions; il faut qu’ils (les acteurs)  nous disent de quoi ils  souffrent vraiment  pour que nous puissions  leur proposer des mesures  ».

Présente à la cérémonie d’ouverture de l’atelier au nom du gouvernement Togolais, Mme Bernadette Essossimna Legzim-Balouki, ministre du commerce et de la promotion  du secteur privé, a rappelé les efforts consentis par le gouvernement dans le sens de la promotion du secteur privé ,  de l’assainissement des comptes publics ainsi que  la lutte contre la corruption .

« Cette politique est marquée depuis une décennie par la création de plusieurs organes notamment l’inspection générale des finances, l’inspection générale du trésor, la cour des comptes et l’office togolais des recettes. D’énormes efforts sont consentis pour permettre au secteur privé de contribuer de façon significative à la création des emplois, à la croissance économique, à la réduction de la pauvreté  et au développement du pays », a-t-elle insisté.

En novembre dernier, la HAPLUCIA qui est une institution créée en 2015,  avait également rencontré les acteurs de la société civile pour les mêmes raisons.

Charles AYI

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.