Togo: « Ethnie et citoyenneté en Afrique » au cœur d’une conférence-débat organisée vendredi par Le LAMPES

Le Laboratoire d’Analyse des Mutations Politico-juridiques, Economiques et Sociales (LAMPES) a organisé Vendredi 25 janvier dernier à L’Université de Lomé, une conférence en faveur des étudiants  et acteurs sociopolitiques, comme constaté sur place par Nouvelle Afrique.

Placée sous le thème: « Ethnie et citoyenneté en Afrique », cette conférence-débat tient lieu d’une cérémonie d’inauguration des activités académiques (2018-2019) dudit laboratoire.

Selon les organisateurs, l’objectif est de permettre aux étudiants et aux acteurs de la société civile d’approfondir la notion de recherche tout en faisant la distinction entre l’ethnie et la citoyenneté en Afrique. Au cours des discussions, les conférenciers  ont mis essentiellement l’accent sur l’influence de ces deux concepts sur les citoyens dans les Etats africains.

« Le choix de ce thème est dans son sens de l’attrayante, de l’ethnicité, des comportements ethniques  dans  nos pays et qui sont très souvent seulement traités  sous un aspect politique. Ce qui n’est pas rassurant parce qu’on sait que le politicien, il cherche à conquérir le pouvoir c’est tout. Il faut retenir deux ou trois choses », a indiqué à l’assistance,  Docteur Bilakani TONYEME, Maître- Assistant en Philosophie politique, expliquant que «  La première chose c’est que l’ethnicité qui est le sentiment d’appartenir à une ethnie n’a rien de négatif parce qu’on a tendance à présenter ça comme c’était quelque chose de mauvais. Secundo, la construction de la démocratie et le sentiment ethnique ne s’opposent pas. Troisième, c’est la méthode que les gouvernants ou les acteurs politiques ou sociaux qu’ils doivent trouver pouvoir concilier les sentiments ethniques et le  projet politique national, c’est ça qui est en cause lorsqu’on pense l’ethnie est quelque chose de mauvais ».

Et Docteur  Anatole Koffi  MOLLEY, Maître de Conférences Littérature comparée, d’ajouter que : « C’est de tradition dans les universités lorsque nous avons les écoles doctorales qui préparent leurs doctorants de fin de parcours, il est donc de coutume qu’on organise une conférence et un thème est choisi. Le Thème de la conférence en réalité, c’est pour permettre aux étudiants de quelles que disciplines qu’ils soient puisque les écoles doctorales sont des formations pluridisciplinaires. C’est donc les thèmes fédérateurs qui  permettent à chaque étudiant de différents laboratoires de trouver une matière à enrichir ses recherches sans questionnement ».

« C’est quand les acteurs sociaux et politiques n’ont pas trouvé les moyens de construire un projet national dans lequel ils intègrent l’ethnie qu’ils instrumentalisent l’ethnie pour la conquête, l’accession, le maintien au pouvoir dans ces trois dimensions…Les ethnies sont des identités, faut pas rêver les construire ; mais un Etat a un projet bien national qui transcende son identité y compris identité ethnique. Il faudrait donc pour concilier cela construire des projets nationaux dans lesquels toutes les identités ethniques se retrouvent et travaillent en vue que ce projet national soit réalisé », a préconisé M. TONYEME.

Matthieu BIDA

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.