Bénin-Football /Affaire d’âge truqué: 10 joueurs et leurs complices  condamnés à des peines d’emprisonnement ferme

Anjorin Moucharaf

Au Bénin, les 10 footballeurs de l’équipe nationale cadette (U17) ayant menti sur leur âge lors des éliminatoires comptant pour la CAN Tanzanie 2019, ont été  condamnés mardi par le tribunal de Cotonou, à  une peine de six (06) mois d’emprisonnement dont un (01) mois ferme. Il s’agit de Shereef Yessoufou, Septime Pavlek Ehoué, Amir Dossoumou, David Tchetchao, Sophiane Cissé Gounou, Armel Félicia Anato, Dominique Maité, Kougbeadjo, Zouli Kifouli Salami, Matei Hlakougbé, Bernabé Tito.

Lafiou Yessoufou, Jonas Nounagnon et Jean-Louis Noumahangan (membres de l’encadrement technique), Quentin Didavi (Directeur des compétitions), parfait Aivodji (Médecin de l’équipe), Zephirin Déguénon (secrétaire administratif) sont condamnés in solidum  à payer la somme de deux (02) millions de FCFA au Trésor public au titre de dommage et intérêts.

L’ancien président de la Fédération  Béninoise de Football, Anjorin Moucharaf, a quant à lui écopé de la peine la plus lourde : douze (12)  mois dont deux (02)  ferme et dix (10) mois assorti de sursis et 200 000 FCFA d’amende. En dehors de ça, l’ancien homme fort du football béninois devra verser au Trésor public une somme de deux (02) millions de FCFA au titre de dommage-intérêts.

Celui-ci-qui a passé deux décennies aux avant-postes de la Fédération en tant que président ou vice-président-avait été arrêté en juillet 2011 pour malversations financières avant d’être relaxé plus tard et de retrouver son poste. Le 04 septembre dernier, alors qu’il était convoqué au tribunal de Porto-Novo pour être entendu dans l’affaire de vol des matériels à la fédération,  Anjorin Moucharafou s’est vu interpelé à sa sortie d’audience par la police judiciaire (PJ) dans le cadre  d’une autre affaire : celle de l’affaire de la tricherie sur les âges des écureuils cadets sélectionnés pour la phase éliminatoire de la prochaine coupe d’Afrique des nations des moins de 17 ans.

Cependant, d’autres acteurs cités dans cette affaire, dont un policier et des élus locaux, ont été pour leur part relaxés « au bénéfice du doute ». « La sentence est clémente, mais pédagogique », a affirmé à l’AFP Athanase Soton responsable d’une association sportive, venu suivre l’audience tout comme de nombreux supporteurs et acteurs du football au Bénin.

Pour rappel, le 02 septembre 2018, la Confédération africaine de Football (CAF) au cours d’un contrôle de routine a organisé un test d’Imagerie par résonance magnétique dite IRM à Niamey, sur les joueurs de l’équipe nationale cadette du Bénin engagée dans le Tournoi qualificatif dite UFOA B comptant pour la Coupe d’Afrique des Nations U17. Les résultats du test ont révélé que 10 des 18 joueurs engagés dans la compétition ont été reconnus coupables de fraude sur leur âge. De ce fait, la CAF a décidé de la disqualification de l’équipe nationale cadette pour fraude, faux et usage de faux.

Le ministre des sports, Oswald Homeky avait donc déposé une plainte auprès du procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou afin d’identifier les coupables.

Charles AYI

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.