« CoinAfrique », l’application qui révolutionne le e-commerce en Afrique francophone

©Nouvelle Afrique (Lomé le 19 Septembre 2018)-A la tête des startups en matière de  commerce électronique en Afrique subsaharienne, trône une application qui n’est toute autre que CoinAfrique.

En effet, en Décembre 2017, soit deux  (02) ans seulement après sa création (2015),  ladite application est devenue l’application de petites annonces la  plus téléchargée en Afrique Francophone subsaharienne. Elle  enregistre plus de   600 000 téléchargements sur Google Play store pour  près de 5 000 000  sessions  et se positionne désormais comme le leader du e-commerce dans la sous région avec en toile de fond, des prouesses  qui tendent visiblement  à révolutionner l’économie numérique en Afrique tout en agissant sur le social des Africains . Et ceci,  en  évitant à ces derniers, les temps perdus et les gaspillages d’argent.

Au fait, CoinAfrique est une application de petites annonces permettant aux utilisateurs de vendre et acheter (même sans une excellente  connexion), sans payer moindre frais. Et  ce, en toute sécurité,  avec comme particularité un système qui met directement en relation vendeurs et acheteurs. Il s’agit de la possibilité pour l’acheteur  de contacter directement le vendeur via les systèmes automatiques des SMS, chat, réseaux sociaux et tutti quanti. Aujourd’hui,  elle compte plus de 150 000 membres actifs dans 16 pays d’Afrique chaque mois, selon les responsables de cette  plateforme.

D’ailleurs,  ce n’est pas par hasard si l’application a été la seule startup francophone à être sélectionnée sur une liste de 20 startups,  pour participer à la première édition du programme d’accélération initié par la Banque Mondiale, XL Africa,  en Novembre 2017.

CoinAfrique ambitionne de dépasser les 10 000 000 d’utilisateurs mensuels dès 2020

La start-up ne compte pas lésiner sur les moyens pour aboutir aux  ambitions  colossales qu’elle s’est fixées. C’est dans ce sens qu’elle a annoncé le 13 avril dernier, avoir levé 2,5 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs en vue  d’élargir son audience. Dans un document  de presse, transmis à Nouvelle Afrique, les responsables précisent  que parmi les nouveaux investisseurs figurent notamment Investisseurs & Partenaires (I&P), un groupe d’investissement d’impact dédié aux petites et moyennes entreprises de l’Afrique Subsaharienne, ainsi qu’à un pool d’investissement représentés par French Partners et mercure international, leader dans le retail en Afrique francophone.

« La réussite de levée de fonds nous renforce dans la conviction que CoinAfrique se positionne sur un marché en pleine expansion. Surtout cette levée de fonds va nous permettre d’accélérer sur nos marchés existants, d’ouvrir de nouveaux pays et de développer une expérience utilisateur encore plus proche des besoins de notre communauté d’acheteurs et vendeurs », déclarait Mathias Papet et Eric Gentre, les co-fondateurs de CoinAfrique. « Nous ambitionnons de dépasser les 10 millions d’euros d’utilisateurs mensuels dès 2020 », ont-ils ajouté.

« CoinAfrique est une entreprise prometteuse dont le potentiel de croissance est très important, en particulier en Afrique de l’ouest francophone. CoinAfrique propose en effet une offre mobile de classe innovante, reposant sur l’utilisation croissante des nouvelles technologies et adapter aux habitudes de consommation des jeunes, une classe d’âge en forte expansion », avait pour sa part ,  expliqué Jean-Michel Severino, président d’investisseurs&Partenaires.

Et d’ajouter que : « Nous sommes heureux d’accompagner l’équipe de CoinAfrique dans cette nouvelle étape de son développement et dans la maximisation de ses impacts sur le petit commerce urbain : que ce soit en terme d’extension du chiffre d’affaires, de création d’emplois, mais aussi d’appui a la structuration et à la  formalisation de ces petits commerces ».

Le siège de CoinAfrique se trouve à Dakar (Sénégal) mais dispose également des bureaux  à Cotonou (Bénin), Lomé (Togo), Abidjan (RCI) et à Kinshasa (République Démocratique du Congo).

Charles AYI

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.