Togo : Revue de presse du 19 juillet 2018

©Nouvelleafrique (Lomé, le 19 juillet 2018) – Pas un seul jour ne passe où la presse togolaise ne revienne sur la crise politique qui secoue le pays depuis onze (11) mois. Les parutions de ce jour ne font pas l’exception.

L’hebdomadaire Flambeau des Démocrates titre à cet effet « Togo : Pour une sortie de crise définitive et apaisée, Faure Gnassingbé la clé ».

« Par rapport aux positions des protagonistes (très éloignées les unes des autres) de la crise que traverse le Togo depuis 10 mois, le pire est à redouter pour ce pays et par conséquent à toute la sous-région ouest africaine », prévient d’entrée de jeu le journal.

L’auteur de l’article rappelle que face à la gravité de la situation, la CEDEAO décide de recommander lors de son prochain sommet des chefs d’Etats et de gouvernement, aux protagonistes, le pouvoir en place une feuille de route en vue d’une sortie de crise.

Quel rôle doit jouer Faure Gnassingbé pour éviter que ce soit la CEDEAO qui viennent nous dicter ce que nous pouvons nous-mêmes réaliser pour sortir notre pays de la crise ? C’est l’interrogation qui suscite une longue analyse chez nos confrères .

L’hebdomadaire Le Changement titre : « Rencontre de la dernière chance :  l’issue du dialogue entre le pouvoir et la C14 se joue aujourd’hui, à pile ou face ».

« Au prochain sommet des chefs d’Etats et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest du 31 juillet prochain à Lomé, la crise togolaise sera au cœur des travaux », informe le journal.

A quelques deux semaines de la tenue du dit sommet, ajoute l’hebdomadaire, une ultime tentative de rapprochement des positions des protagonistes, au demeurant très éloignées s’opère.

« Une délégation de la CEDEAO   est attendue aujourd’hui à Lomé », précise l’auteur de l’article.

La crise politique intéresse également l’hebdomadaire Le Perroquet qui titre : « Prochaine réunion des chefs d’Etat de la CEDEAO et refus délibéré de quitter le pouvoir en 2020. 31 juillet prochain au Togo : Akufo-Addo et Alpha Condé à Lomé pour légaliser la forfaiture de Faure Gnassingbé ».

Le   journal rappelle le fameux sommet de la CEDEAO du 31 juillet prochain et indique que « A mesure que les jours passent, tous les regards sont focalisés sur cette rencontre qui, au final, devra plancher sur la crise politique qui ébranle le Togo depuis le 19 août 2017.

« De sources concordantes, les chefs d’Etat africains auront à proposer ou imposer, c’est selon, une feuille de route aux acteurs politiques togolais qui peinent à accorder leur violon pour une sortie de crise », confie l’hebdomadaire.

Et de questionner « se référant au passé récent, à quoi doit-on s’attendre de cette communauté ouest-africaine ? »

« Prochain sommet de la Cedeao à Lomé : L’ultime round du dialogue inter-togolais ? S’interroge pour sa part le quotidien privé TogoMatin.

« En moins de deux semaines de la tenue à Lomé de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), des émissaires des deux médiateurs ghanéen et guinéen sont annoncés pour le cinquième et dernier round du dialogue inter-togolais avant la fin de cette semaine », indique le journal.

« Le dialogue inter-togolais est peut-être à sa dernière étape. La venue à Lomé des envoyés des deux facilitateurs de la crise politique que vit le Togo depuis bientôt une année devrait être décisive en prélude à la tenue de la conférence de la Cedeao sur le cas togolais, le 31 juillet prochain », commente l’auteur de l’article.

Sur le plan économique le quotidien privé Liberté titre : « Exploration pétrolière offshore : une bataille judiciaire attendue entre le Togo et le Ghana ».

« Une bataille judiciaire pourrait s’ouvrir entre le Ghana et le Togo sur la délimitation de leurs frontières maritimes », informe le journal qui ajoute que : « Le Comité de l’intérêt public et de la responsabilité (PIAC), organise de régulation du secteur pétrolier ghanéen a publié un rapport dans lequel il recommande au gouvernement de prendre des mesures dans le but de délimiter ses frontières maritimes avec le Togo ».

« Cela fait suite aux difficultés faites par les garde-côtes togolais à des compagnies d’exploration autour du bloc de Keta Est dont le Togo réclame la paternité », précise le quotidien privé qui estime « qu’il faut donc s’attendre à l’ouverture de procédure en vue de trouver une issue définitive à ce différend frontalier ».

L’information est également à lire dans les colonnes de l’hebdomadaire La Nouvelle Tribune sous le titre : « Pétrole : Risque de dispute frontalière entre le Togo et le Ghana ».

« Le Togo et le Ghana pourraient s’engager dans une bataille judiciaire au sujet de l’exploration pétrolière dans le bloc ultra-profond de Keta-Est. C’est que ce que craint le Comité de l’intérêt public et de la responsabilité (PIAC), l’un des régulateurs ghanéens du secteur pétrolier », prévient l’auteur dès l’entame de son article.

Le journal cite un rapport du PIAC qui relate les faits, qui exhorte d’ailleurs Accra à trouver une solution à la situation.

Sur le plan sportif, le même hebdomadaire titre : « Sport / Football : Col. Gnama Latta élu président de Kakadl FC ».

« En Assemblée générale ordinaire le 14 juillet dernier à Défalé (préfecture de Doufelgou), Kakadl FC a renouvelé son bureau. Le Colonel Gnama Latta qui assurait l’intérim    depuis le décès de N’dao Harkpaté, est élu président du club de la localité qui évolue en deuxième divison », lit-on dans le journal qui publie la liste complète des membres du nouveau bureau de Kakadl FC.

Gabriel Blivi

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.