Johannes BAVON «La construction d’une nation commence pas la construction de son mental»

©Nouvelle Afrique (Lomé, le 07 juillet 2018)-Le plus souvent,  lorsqu’une situation négative  ou catastrophique nous arrive, on a tendance à rejeter les raisons sur des choses extérieures indépendantes de notre volonté. Pire, on a beaucoup plus d’excuses pour justifier nos échecs qu’on en  a pour nos succès. Cela amène donc  à se poser la question suivante : L’homme est-il le seul responsable  de tout ce qui lui arrive ?

La question à été au menu d’une conférence débat organisée ce   Samedi 7 juillet à Lomé, par le Club JB Conférences-Un cabinet de psychologie et de développement personnel. Laquelle conférence a été animée par Johannes BAVON, analyste politique, juriste et psychologue  et par  Me Huguette GNACADJA, Avocate Béninoise.

Placée sous le thème « Découvrez les pouvoirs de votre conscience pour ne pas chavirer avec la crise sociopolitique », cette conférence a permis  aux organisateurs d’éclairer  tant soit peu, les zones d’ombre qui entourent la nature humaine et également donner des pistes psychologiques pour  gérer  la crise socioéconomique qui frappe le Togo et les corollaires que cette dernière peut avoir dans le fonctionnement  des couples amoureux.

Pour Mr  BAVON, la nature de l’homme s’explique par le fonctionnement de ce dernier. Dans son exposé, il a donc  indiqué que le fonctionnement de l’homme réside dans ce  qu’il recherche et dans ce qu’il peut obtenir.

Dans ce registre, il fait observer qu’étant donné que l’homme ne peut pas chercher du mal pour lui-même, ce dernier fonctionne pour le bien et par le bien. Et comme telle, sa nature est de faire du bien. Du coup à en croire le secrétaire général du FAR, toutes autres actions qui interviennent  et qui sont  opposées  à ce que l’homme lui-même peut souhaiter pour lui, sont  contrenatures et liées à l’influence de l’environnement.

Selon Mr BAVON , l’homme peut réussir si tel est son désir, car soutien-il, vouloir quelque chose de bien, c’est manifester le fonctionnement de sa nature et ce n’est pas Dieu qui nous a déjà tout donné qui s’y opposera.

« L’homme n’est que ce qu’il veut et le pouvoir pour l’accomplissement  de sa volonté se trouve en lui-même, il suffit juste qu’il sache s’en servir courageusement. L’homme est le déterminant du temps, le maitre de son temps et non que Dieu décide du temps », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter que « Il est totalement absurde de dire que je vais faire quelque chose et attendre le temps de Dieu. Dieu n’a pas de temps. Le temps c’est à nous de le déterminer par rapport à nos objectifs ».

A scruter les enseignements de Mr BAVON, il nous ressort que Dieu n’a aucune volonté, car n’ayant aucune condition pour accomplir cette volonté. D’ailleurs, si la volonté de Dieu était que tout le monde devienne riche, pourquoi serait-il incapable de supprimer la pauvreté ?

« Le pouvoir n’est pas avec Dieu au ciel, il ne peut pas me rendre malheureux. Il m’a crée. Ce que je veux, il doit normalement me donner son pouvoir », a-t-il martelé.

Toujours selon le psychologue , tout dépends de l’homme lui seul, seul maitre de son existence.  Mais pour arriver au succès l’homme a besoin du  développement personnel  surtout dans ce contexte de crise que traverse le Togo. Et comme astuce, l’homme politique propose qu’il faille arrêter de « se moquer de soi-même », « éviter d’être  victime des circonstances », mais plutôt agir sur les circonstances pour changer les choses de façon déterminée avec totale assurance que le résultat sera heureux.

« Ne dites plus que comme ceci est arrivé alors ce malheur doit finir comme cela.  Le plus important est de déterminer tout de suite ce qui doit être le résultat final de la situation », a glosé, Mr BAVON.

« Oui, il y a crise mais dans cette crise qu’il y ait alternance ou pas il va  falloir que mes affaires évoluent de ce coté. Il faut décider  maintenant comment ca va finir pour vous  même et n’attendez pas la fin de la crise », a-t-il exhorté.

De façon pratique,  l’autre astuce que propose le psychologue est de faire un investissement même en temps de crise en se basant sur les exigences commerciales du moment. « Il faut commencer où on peut selon les possibilités du marchés mais en étant réaliste dans le choix des produits à vendre.  C’est inutile  d’attendre la fin de la crise pour se positionner. Même en temps de crise il y a des opportunités  », soutien-il mordicus.

Gérer les répercussions de la crise financière, socioéconomique dans un couple

Comment gérer en couple les répercussions de la crise financière ? A cette question  Me GNACADJA répond qu’il faut éviter que l’environnement ait une emprise sur nous mais plutôt  que l’homme ait une emprise sur l’environnement.

« Souvent vous écoutez une musique, et cette musique vous ramène des souvenirs de très longue date   et cela  même vous amène à couler des larmes en étant dans  ces souvenirs. Cela démontre que la musique simplement peut avoir une grosse emprise sur nous au point de nous faire revivre des souvenirs du passé », a-t-elle expliqué.

ET d’ajouter que « Bien attendu, si l’environnement peut avoir une telle emprise sur nous, c’est que nous aussi pouvons avoir une emprise sur notre environnement ».

Explicitement, selon elle, quand on est en crise, on ne doit pas vivre comme on le fait habituellement même si les envies tentent ou même si on n’est poussé vers des besoins très importants. il faut selon l’avocate, limiter les besoins et dépenses.

Il faut avoir l’estime de soi et de son partenaire, entre tendre, poursuit-elle, en ayant un regard plutôt positif sur la crise. « Se dire que si cette crise arrive c’est surement parce qu’elle nous aidera à apprendre encore plus et murir », estime la défenseuse des droits de l’homme. Et tout ceci, conclut cette dernière, doit se baser sur la communication entre les deux partenaires.

Charles AYI

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.