Togo : Revue de presse du 19 juin 2018

©Nouvelleafrique (Lomé, le 19 juin 2018)-  L’opération  « Togo mort »  lancée  par la coalition des 14 partis politique de l’opposition  défraie  la chronique en ce début de  semaine . Les journaux  parus  ce mardi  ont abordé le sujet sous plusieurs angles.

Le  bihebdomadaire  L’Alternative titre : « Togo mort : Lomé et plusieurs  villes de l’intérieur  au  ralenti ».

« Le régime a employé les grands moyens pour faire échec à la journée Togo mort lancée par la coalition des 14  partis  de l’opposition », sonne d’entrée  l’auteur de l’article.

Mais visiblement, poursuit-il, c’est  compter sans la détermination  du peuple  togolais  qui a vomi  le système pour lequel  ces militants  de dernières heures continuent  de se battre.

« De Lomé à Cinkassé, les effets de la journée Togo mort ont été ressentis. Rues  désertes, marchés  presque vides, boutiques  fermées, reprises timides des  activités  quotidiennes, c’est le spectacle à Lomé et dans plusieurs  autres villes de l’intérieur du pays », fait  constater le journal.

Le quotidien privé Liberté titre : « Journée Togo mort : Le mot d’ordre largement suivi, selon la coalition ».

Le journal indique que les Togolais ont respecté dans leur majorité le mot d’ordre de protestation  de la Coalition  de l’opposition.

« Ce lundi décrété « Togo mort » a connu des activités au ralenti. La circulation sur les grands artères  de la capital était très fluide. Les embouteillages habituels  n’ont pas été  constatées », précise le quotidien privé.

« Journée Togo mort : La coalition aux abois : bilan de la journée  « opposition morte », ironise l’hebdomadaire Le Combat du peuple.

« Suite à l’échec évident de la stratégie des manifestations  de rues, notamment  les marches  pour obtenir  le départ du  Président Faure Gnassingbé du pouvoir, la coalition des 14 partis  de l’opposition  en est réduite  à se comporter  en naufragé »,  clame l’auteur dès le début de son papier.

Pour lui, elle (l’opposition ndlr), s’accroche à toutes les idées, même les plus farfelues et les plus usées.

« C’est pourquoi la coalition  a lancé le mot d’ordre de journée Togo-mort pour le lundi 18 juin 2018 », ajoute l’hebdomadaire.

Le journal estime que  cet appel, est  « foutaise » parce que, soutient-il, l’expérience du combat pour la démocratie faite des journées villes mortes,  de grèves  générales,  et puis de grève illimitée est encore vivace dans les esprits  et a montré ses limites.

« L’opération «Togo mort» à l’envers : Un signe de la Coalition des 14 en capitulation », titre pour sa part le quotidien privé Togo Matin.

« Le regroupement des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a invité dans la journée d’hier lundi 18 juin, leurs militants à une journée nationale d’inactivité sur toute l’étendue du territoire national », rappelle  l’auteur de l’article avant de préciser que :

« Une opération qui n’a été suivie que par quelques inconditionnels de ces acteurs politiques dans certains compartiments de la ville de Lomé, traditionnellement acquis à la mouvance de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) ».

Sur le plan économique, Le Médium titre « Economie /FEC :  Le FMI approuve un décaissement de 35,5 millions  de dollars pour le Togo ».

« La mise en œuvre  du programme dans le cadre de l’accord  FEC a été bonne dans un contexte d’affaiblissement des activités économiques  en raison des tensions socio-politiques persistantes. C’est la conclusion  qu’est parvenue le FMI après la 2e revue effectuée au Togo au mois de Mai dernier à Lomé », indique le journal.

« L’achèvement  de l’examen permet  le décaissement  de 25,17 millions de DTS (environ 35,5 millions de dollars EU, ce qui porte le total des  décaissement au titre de l’accord à 75,51 millions de DTS (soit environ 160,5 millions de Dollars EU) », fait savoir le FMI cité par l’hebdomadaire.

Le quotidien privé Liberté titre : « Economie en eaux troubles : Après les acteurs du PAL, au tour de la CCIT de reconnaitre la malaise ».

« Ce n’est pas en différant les parutions  des Notes  de conjoncture  du Togo  que les chiffres  de sa situation  économique  se porteront mieux », estime le quotidien privé.

Et d’ajouter qu’ « En l’espace de quelques jours, ce sont les responsables du Port Autonome de Lomé (PAL) et de la Chambre de commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) qui sont obligés de reconnaitre que les recettes  du pays se portent mal et  qu’il faille trouver des alternatives  pour remédier à la situation ».

Gabriel Blivi

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.